Spain Brazil Russia France Germany China Korea Japan

Artificial Intelligence driven Marketing Communications

 
Apr 22, 2020 12:32 AM ET

“Recettes au temps du virus”


iCrowd Newswire - Apr 22, 2020
Eduardo Vidal – France Sunny South Florida – France Avril 2020 La chronique de ce mois-ci abordera la question de « Prendre en temps de virus ».  Comme tout le monde le sait, aux États-Unis, la grande majorité de l’activité économique a été stoppée par des ordres gouvernementaux, tant au niveau fédéral qu’au niveau des États, du moins jusqu’au jeudi 30 avril.  Cet arrêt s’est produit afin de ralentir la propagation du virus Wuhan, un produit du gouvernement communiste totalitaire de la Chine, mais aux États-Unis un tel arrêt doit se conformer aux exigences de notre Constitution, et en particulier la Déclaration des droits, l’amendement V, qui prévoit: “ni la propriété privée ne doit être prise pour un usage public, sans compensation juste.” Notre propriété privée comprend notre droit de travailler librement, afin de poursuivre le bonheur tel qu’il est proclamé dans notre Déclaration d’Indépendance, et au moins de subvenir à nos besoins et à ceux de nos familles, afin que nous puissions être indépendants et autonomes, et ne pas devenir une charge pour le public.  Beaucoup de gens considèrent que leur travail est leur vocation, et donc le poursuivre au mieux de leurs capacités.  Ces ordres gouvernementaux de cesser de travailler constituent, en fait, une prise de notre propriété privée, qui comprend notre droit de travailler et de nous engager dans l’activité économique. La preuve est accablante, cependant, que cet arrêt ordonné par le gouvernement détruit notre économie, et donc notre capacité de travailler et de gagner notre vie.  Au cours des deux dernières semaines, près de 10 millions de travailleurs ont demandé une indemnisation contre le chômage.  Le marché boursier est en baisse d’environ un tiers par de ses sommets de tous les temps atteints plus tôt cette année.  La plupart des prévisionnistes économiques prévoient non seulement une récession, c’est-à-dire deux trimestres consécutifs de contraction économique, mais aussi une dépression à part entière. La Loi sur les SOINS, promulguée par le gouvernement fédéral le vendredi 27 mars, représente une tentative de nous indemniser pour notre propriété privée qui a été prise, mais il est discutable de savoir si elle ne représente qu’une indemnisation. Ces réparations fédérales ne sont pas près de nous indemniser pour toutes nos propriétés privées qui ont été prises, et en tout état de cause la dépendance du gouvernement n’est pas une compensation pour l’indépendance et l’autonomie d’un emploi. Le gouvernement fédéral n’a pas les ressources suffisantes, même avec toutes les presses à imprimer de la Réserve fédérale va à plein régime, pour nous indemniser pour la fermeture de notre économie.  En fait, ces renflouements ne feront qu’empirer les choses, augmentant encore notre dette fédérale déjà presque insoutenable, et la seule façon pour le gouvernement d’obtenir les ressources dont il a besoin est de nous laisser retourner au travail, ainsi que de nouvelles réductions d’impôts et une déréglementation raisonnable pour stimuler la croissance économique, afin que nous puissions avoir une reprise en forme de V, au lieu de la reprise en forme de L de la dernière crise financière.  Il est typique du gouvernement qu’il crée d’abord un problème, puis fait semblant de le résoudre et ne le fait pas, puis appelle à plus d’intervention du gouvernement pour résoudre le problème persistant, ce qui ne fait qu’aggraver le problème, et ainsi de suite. Ensuite, il y a la question de savoir quel usage public ou but est servi par cet arrêt économique?  Nos experts en santé publique affirment que seul un arrêt total de toute activité peut empêcher le virus Wuhan de tuer des millions aux États-Unis cette année, alors ils ont persuadé nos gouvernements de nous fermer presque complètement, sans fin en vue.  Pourtant, au cours du premier trimestre de cette année, moins de personnes sont mortes du virus de Wuhan que de la grippe saisonnière, de l’accouchement, du paludisme, des accidents de la circulation ou des avortements.  La plupart des décès dus au virus de Wuhan présentaient également d’autres affections médicales sous-jacentes, comme l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies pulmonaires, la faiblesse du système immunitaire ou autres, et plus ils avaient tendance à souffrir de la malédiction de la vieillesse.  Heck, la fermeture des gymnases contribue à la propagation de l’obésité, ce qui nous rend plus vulnérables.
Si c’était totalement à ces experts, ils garderaient le pays fermé jusqu’à ce que notre économie soit détruite.  Ils ne reconnaissent pas qu’ils confisquent nos biens, tout en offrant une indemnisation insuffisante, parce que quelles que soient les réparations gouvernementales possibles ne s’ajouteront pas à une simple indemnisation.  Comment peut-il servir un but public pour détruire notre économie?  Vous aurez alors aussi détruit les moyens pour le gouvernement de nous fournir une juste compensation. Pendant la guerre du Vietnam, un agent du gouvernement des États-Unis a déclaré que : « Nous avons dû brûler le village pour le sauver ! » Aujourd’hui, c’est l’approche de nos experts en santé publique : « Nous devons fermer le pays pour le sauver ! »   Bon nombre de ces soi-disant experts sont des bureaucrates du gouvernement qui n’étaient pas préparés au virus Wuhan.  Leur échec a commencé lorsqu’ils ont fait confiance à des informations de la Chine et de l’Organisation mondiale de la Santé, à la fois des sources peu fiables et même malveillantes.  L’État administratif mondial ne parvient pas à résoudre même cette crise, un problème de santé publique du type qu’il a été spécifiquement conçu pour résoudre.  Comme les Romains l’ont demandé après avoir traduit la République de Platon, qui garde les gardiens ?  Qui tient les experts responsables?  Allons-nous les laisser détruire notre république américaine avec leur vision étroite d’esprit?  L’Amérique n’est pas une république technocratique, mais une république constitutionnelle. Certains experts ont même appelé non seulement à un arrêt prolongé, mais aussi à un arrêt national.  Cependant, l’Amérique est un pays continental et une république fédérale, afin de faire place à la diversité des conditions locales, parce que New York n’est pas l’Iowa.  Nous ne sommes pas une république nationale, avec exactement les mêmes règlements qui s’appliquent partout, quelles que soient les conditions locales. Notre réponse reflète également la sécularisation croissante de notre société, avec des réponses similaires à celles des païens confrontés à des pandémies dans l’ancien monde gréco-romain.  À partir de l’année après J.-C.165, une pandémie a ravagé l’Empire romain pendant une dizaine d’années, et pendant cette période Galen, l’un des médecins les plus connus dans le monde antique, a fui Rome pour son domaine de campagne, tandis que les chrétiens s’occupaient des affligés.  Aujourd’hui, nos élites laïques réagissent avec la même panique et l’insistance sur le risque zéro. La crise du virus de Wuhan représente un échec du gouvernement, et non une défaillance du marché, le gouvernement chinois permettant à ce virus de s’échapper sans avertissement et de terroriser le monde, tandis que le gouvernement des États-Unis n’a pas identifié la menace et a ensuite réagi de façon excessive. En outre, une grande partie du danger pour la santé publique aux États-Unis est due à l’incompétence et à la corruption des gouvernements, en particulier dans les zones urbaines qui ont été durement touchées par le virus Wuhan, comme New York et la Nouvelle-Orléans.  Dans les deux villes, les administrations municipales ont adopté une approche assouplie en février et ont négligé de réapprovisionner les fournitures jusqu’en mars.  Il ya quelques années l’État de New York n’a pas réussi à reconstituer son approvisionnement de respirateurs et d’autres dispositifs médicaux, et au lieu investi encore plus d’argent dans une usine de panneaux solaires, mais cet investissement a été complètement perdu lorsque l’usine a fait faillite.  Le capitalisme de copinage n’est pas beaucoup mieux pour la santé publique que le communisme totalitaire.  La taxe ObamaCare sur les dispositifs médicaux a également découragé leur production, et l’administration Obama n’a pas réussi à reconstituer le stock stratégique de masques facial après la pandémie de grippe porcine de 2009, qui a tué des milliers aux États-Unis. Nous devons retourner au travail avant même que les experts en santé publique reconnaissent que la menace est entièrement résolue, parce que leur solution est plus difficile qu’elle ne vaut la peine, et leur guérison est plus mortelle que la maladie.  La fermeture d’une entreprise constitue une prise de propriété privée, pour laquelle le gouvernement des États-Unis doit avoir un usage public et payer une juste indemnisation.  Ces fermetures ne devraient pas être prolongées au-delà d’avril, et viennent mai laisser la liberté sonner dans tout ce pays!
 
Références: (1) “Takings: Private Property and the Power of Eminent Domain” (1985), par Richard Epstein, professeur de droit à l’Université de Chicago;  (2) “Love in the Time of Cholera” (1986), de Gabriel Garcia Marquez, lauréat du prix Nobel de littérature, de Colombie;  et (3) “Vicksburg: Grant’s Campaign That Broke the Confederacy” (2019), de Donald Miller, professeur d’histoire au Lafayette College en Pennsylvanie.

Contact Information:

Eduardo Vidal, edvidal1215@gmail.com, Cel: (713) 725-6169, Miami, Florida



Tags:    French, United Kingdom, United States, Wire