header-logo

Communication marketing basée sur l'intelligence artificielle

Avis de non-responsabilité : le texte affiché ci-dessous a été traduit automatiquement à partir d'une autre langue à l'aide d'un outil de traduction tiers.


Nouvelle escroquerie spatiale de 27 millions de dollars : un recours collectif en cours de préparation contre Michiel Jan Mol

Feb 22, 2020 1:26 PM ET

newsimg

L’exploration spatiale est en train de devenir rapidement l’un des principaux efforts impliquant l’avenir de l’humanité. Étant donné le nombre d’entreprises privées et d’État engagées aujourd’hui dans l’exploration spatiale et les fonds alloués pour elle – sans parler du budget de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis – il y a des raisons de prédire que le monde est sur le qui-soleil d’une nouvelle percée technologique à grande échelle qui ouvrira la voie de l’homme aux étoiles.

La révolution en cours n’est pas seulement de lancer plus de satellites et d’autres engins spatiaux, ou d’envoyer des astronautes sur la Lune, Mars et d’autres planètes, mais aussi sur l’utilisation plus «banale» de nouvelles possibilités, telles que le tourisme spatial.

Jusqu’à présent, ce service est très compliqué et coûteux, et n’est disponible que pour un petit cercle de personnes très riches.

Près de 20 ans se sont écoulés depuis le premier vol « touristique » vers la Station spatiale internationale. À ce jour, il n’y a eu que sept touristes de l’espace. Cela n’est pas surprenant, car le coût d’un vol touristique varie, selon diverses estimations, de 20 à 35 millions de dollars. Même les super riches trouvent le prix exorbitant.

Cependant, la situation dans un proche avenir pourrait changer radicalement. Plusieurs grandes entreprises, comme Blue Origin de Jeff Bezos, SpaceX d’Elon Musk et Virgin Galactic de Richard Branson, préparent des vols moins chers pour que leurs clients visitent l’espace.

Virgin Galactic vend déjà des billets pour une tournée spatiale au prix de 250 000 $. Selon les médias, environ 600 personnes ont déjà réservé leurs vols pour voler en orbite, y compris des hommes d’affaires bien connus et des stars du show-business.

La NASA a décidé de ne pas se tenir à l’écart et a annoncé qu’elle ouvrirait la Station spatiale internationale (ISS) pour les touristes et d’autres fins commerciales.

« La NASA ouvre la Station spatiale internationale à des fins commerciales et entre sur le marché avec cela, ce que nous n’avons jamais fait auparavant », a déclaré Jeff DeWit, directeur financier de l’ISS à New York.

En fait, nous pouvons affirmer qu’une nouvelle destination touristique apparaît dans le monde – l’espace, et sa popularité va certainement croître.

Bien que le marché du tourisme spatial ne fait qu’émerger, il ya déjà eu des entreprises arnaque qui ont profité de la hype.

2

À partir de 2010, Space Expedition Corporation (SXC), dirigée par Michiel Jan Mol, a commencé à vendre activement des billets pour de futures « tournées spatiales ». Des “plans” à grande échelle ont été annoncés pour créer un centre de recherche spatiale, construire une installation de port spatial dans l’aéroport international de Curaçao, rempli d’un centre expérimental là pour divertir les touristes de l’espace.

En juin 2012, le SXC a annoncé la vente de 175 billets au prix de 95 000 $ pour les vols de XCOR Aerospace, le développeur de moteurs de fusées et de plans de fusées.

En juin 2014, XCOR a repris la SXC, ce qui a entraîné la création de la division XCOR Space Expeditions, qui a continué à vendre des billets d’espace. Après la reprise, Michiel est resté à la tête de la division.

Les plans sont demeurés inchangés jusqu’en juin 2017, date à laquelle la société a annoncé des difficultés financières. En novembre de la même année, l’entreprise fait faillite. Au total, au moment de la faillite, 282 billets s’étaient vendus pour près de 26,8 millions de dollars. L’entreprise n’a pas remboursé l’argent aux clients trompés.

Ayant perdu l’espoir de récupérer leurs investissements, les détenteurs de billets ont décidé d’aller en cour. Un recours collectif est en cours de préparation contre la société et Michiel Jan Mol. En outre, les procureurs de plusieurs États se sont tournés vers l’escroquerie.

Ainsi, il est tout à fait possible que dans un proche avenir Mol peut être sur le banc du tribunal.

Notez que la vente de billets d’espace n’est pas la première entreprise douteuse à laquelle Michiel Jan Mol a participé.

Depuis 2002, Mol sponsorise l’équipe néerlandaise de Formule 1 dirigée par Christijan Albers. En 2006, Spyker Cars, un fabricant néerlandais de voitures de sport construites à la main, a acquis l’équipe, qui a été rebaptisée Spyker MF1 Racing. Le père de Mol a acquis une participation de 30% dans Spyker Cars, et, par conséquent, Michiel Jan Mol a rejoint le conseil d’administration et est devenu directeur de la Formule Un Racing.

3 src=